Balade à ROCHEFORT

La vie est faite de voyages et de rencontres.

  

"Les lieux où nous n'avons ni aimé, ni 

souffert, ne laissent pas de traces

 dans notre souvenir". (Pierre Loti)

Lors d'une escale prolongée à Constantinople, l'actuelle Istanbul, Pierre Loti, navigateur et écrivain, succomba aux charmes d'une belle qu'il prénomma dans un de ses romans Aziyadé , et il tomba, par la même occasion, amoureux de la ville et de tout ce qui pouvait lui rappeler l'orient.

une petite escapade à Istanbul vous fera découvrir, surplombant la Corne d'Or, le café où Pierre Loti aimait se reposer  en contemplant le va et vient des bateaux.

   

C'est à Rochefort que se trouve   

LA MAISON DE PIERRE LOTI
   
  
Austère et banale, la façade de la maison de Pierre Loti ne laisse rien deviner de l'univers

  magique que l'on découvre à l'intérieur:"...Des portes clandestines conduisent à un palais des mille et une nuits..."
Créant à partir de 1878 un décor à la mesure de son 
imaginaire et des romans qu'il écrivit, Pierre Loti passa une partie de sa vie à transformer sa maison natale ainsi que la maison mitoyenne en un véritable décor de thêatre.
Il mit en scène, regroupés dans des pièces à thème, la multitude d'éléments d'architecture, de meubles et d'objets hétéroclites ( parfois même très encombrants et très lourds tels que colonnes, carreaux de céramique ... allant même jusqu'à rapporter un mihrab récupéré dans une mosquée!), "petits" souvenirs des pays lointains  où le mena pendant 35 ans, sur 38 navires, sa carrière d'officier de marine. Salon turc, chambre arabe, mosquée..., c'est un fragment d'Orient transposé en Charente -Maritime.
 Il en fit faire, par un architecte de ses amis, un savant assemblage réalisant ainsi  cet autre monde, décor des mille et une nuits conforme à son rêve et, donc, bien différent de ce qu'était jusque-là sa maison natale située rue Saint Pierre à Rochefort (qui fut par la suite rebaptisée "rue Pierre Loti") .
 

 

LES SALLES ORIENTALES :

les salons turc et marocain

 
C'est dans ce petit salon que se trouve le portrait de Aziyadé
 
Pierre Loti aimait beaucoup se costumer pour faire "couleur locale". Il se transformait ainsi au gré de son inspiration. Il dit un jour:  "Je n’étais pas mon genre"  et s'évada de cette enveloppe, au moyen de nombreux déguisements, de fards et de hauts talons, fuyant vers les horizons lointains d’une existence de marin, s’attachant aux formes les plus primitives mais épris surtout de l’Orient et de ses mondes secrets.

 Calligraphie du petit salon turc

  
 

La mosquée .

 
  
Avec tous ces tons de bleus, la salle de prière nous transporte dans une mosquée d'Istanbul , on y croit ... presque :en effet, dans cette salle de prière de mosquée il y a des éléments pas très ... musulmans(!)  comme la
fontaine aux ablutions (toujours en extérieur habituellement) et les tombeaux qui sont toujours placés dans des mausolées à l'extérieur et jamais dans la salle de prière d'une mosquée, de plus le mihrab n'est pas exactement face à la Mecque car la maison est orientée Nord-Sud, mais l'ensemble est quand même très dépaysant! 
       
     
   
    

En haut des marches, se trouve une stèle funéraire: c'est celle qui se trouvait sur la tombe d'Aziyadé à Istanbul: trouvant  

la tombe mal entretenue Loti s'est tout simplement attribué la stèle en l'emportant en France, la remplaçant par une copie.

      
L'Islam le fascina, mais Pierre Loti se fit aussi l'écho des goûts et des thèmes en vigueur à son époque. C'est ainsi que d'autres pièces de la maison sont elles aussi très originales
       
LES SALLES " HISTORIQUES " :
 
 On trouve une salle gothique éclairée par des vitraux encore entourés de leurs pierres d'origine ainsi qu'une salle à manger renaissance. Dommage que les murs ne puissent pas parler car ils raconteraient certainement des détails assez croustillants sur les réceptions à thème que Loti y organisait pour le Tout Paris (tout cela est très bien raconté par l'un des  jeunes guides de "la maison de Pierre Loti").
Pierre Loti trouva et récupéra ou fit des copies de ce qui lui permit de réaliser une salle renaissance (une véritable salle à manger de château avec un haut plafond à caissons) aux murs décorés de belles tapisseries trouvées chez des paysans du coin qui v s'en servaient aussi bien pour protéger leurs patates! (petits larcins(!) faits par leurs ancêtres dans les châteaux de la région lors de la révolution!)
  
Quant à la chambre de l'écrivain dans laquelle on débouche après ce grand voyage, les yeux encore remplis de l'Orient, on n'y découvre qu'une grande austérité : elle est sévère et vide et ressemble davantage à une cellule de moine qu'à la chambre d'un homme plein de fantaisie et de rêves. C'est un brusque retour dans le 19ème siècle : on a quitté Pierre Loti pour se retrouver à Rochefort, dans la chambre de Julien Viaud (le véritable nom de Loti), dans sa maison natale, là où les épreuves et les deuils ont marqué sa jeunesse